photo© Orane Fiora, 2019

Tereza Lochmman, née en 1990 à Prague.
Vit et travaille à Paris et Pantin.

Les oeuvres de Tereza Lochmann sont le fruit d'un processus singulier de combinaison entre gravure/sculpture, peinture, collage et dessin.

Son travail détourne notamment la pratique classique de la gravure pour en faire un médium contemporain expérimental et vivant. Ainsi, ses grands bois gravés dépassent leur fonction utilitaire de « matrices » pour devenir « reliefs » et être exposés au public.

Chez elle, les notions de « récupération » et « d’assemblage » marquent autant ses procédés que sa démarche. Utilisant des bois au rebut, des cahiers inutilisés ou de vieilles cartes géographiques, elle en révèle le vécu et le combine à ses propres souvenirs. Elle s’inspire aussi de fragments de légendes, d’images collectées, de bribes d’expériences vues ou vécues, pour construire des formes narratives singulières, en prise avec l’actualité la plus brûlante. Sa version de la légende médiévale de Lady Godiva, réalisée fin 2019, met en scène une quasi femen en lutte contre l’augmentation des impôts.

Si son imaginaire puise à de nombreuses références littéraires, poétiques, cinématographiques et picturales, elle s’intéresse également à l’art brut, cherchant à s’inspirer de la spontanéité et de la liberté propres à des créateurs éloignés de tout académisme et toutes modes.

L’idée de « rencontre » - au sens propre et au sens figuré - est aussi l’un de ses moteurs. Entre le savant et le populaire, entre l’humour et la gravité, entre le jeu et l’effort, entre une maîtrise technique confirmée et une notion d’« imperfection » assumée. L’oeuvre de Tereza Lochmann est haute en contrastes, d’où sa force.

/Marie Deniau/